ABMS DJOUGOU devient ABMS PARAKOU...

ABMS primée comme Ambassadeur d’impact dans le cadre du projet #Bankthe youth de UNDCF

panel
DALYS 2018 235247 A EVITER
panel
DALYS DEJA EVITES 70034
03 avril 2017

Observation du marché d’antipaludiques et de test de diagnostic rapide du paludisme au Bénin

L'ABMS FAIT LA RESTITUTION DES RESULTATS DE LA CINQUIEME EDITION DE L'ETUDE AU MINISTERE DE LA SANTE

       

cyprien ZOSSOU ABMS

                                                 Cyprien ZINSOU, Responsable Recherche, Suivi et Evaluation de l’ABMS, présentant les résultats de l’étude

 C’était à la faveur d’une séance de dissémination organisée et animée le mardi 14 mars 2017 par l’équipe du département Recherche, Suivi et Evaluation de l’ABMS dans la salle de conférence du Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP). Cette séance présidée par Dr Landry YANSUNNU, Directeur Adjoint du Cabinet du Ministre de la Santé, a connu une participation active de Monsieur Octave MOUMPALA, Directeur Exécutif de l’ABMS, des cadres du PNLP représentés par Dr Alexis TCHEVOEDE, Coordonnateur National et son Adjointe Dr Adicatou ADEOTHY, des représentants de la Direction des Pharmacies du Médicament et des Explorations Diagnostiques, du Président de l’Ordre des Médecins, des représentants de ARM3 et beaucoup d’autres personnalités invitées à cet effet.

L’objectif était de disséminer les résultats de l’enquête faite sur les points de vente d’antipaludiques et de Tests de Dépistage Rapide (TDR) dans le cadre du projet de recherche ATCWatch financé par la fondation Bill & Melinda Gates. Le projet ACTwatch a pour but de collecter, d’analyser et de diffuser des informations et recommandations pour les décideurs politiques sur la disponibilité, le coût et l’utilisation des Combinaisons Thérapeutiques à base d’Arthémisinine (CTA) et des TDR.

Après les mots introductifs de Dr Chérifatou ADJIBABI, pharmacien au PNLP et point focal ACTwatch au Ministère de la Santé et les mots de bienvenue du Dr Yémalin Alexis TCHEVOEDE, Coordonnateur du PNLP, Monsieur Octave MOUMPALA, Directeur Exécutif de l’ABMS a souligné que « le gouvernement est le premier bénéficiaire des enquêtes ACTWatch parce qu’elles permettent de recueillir des données probantes dans tous les départements du pays pour informer les politiques et les programmes de lutte contre le paludisme ».

Prenant la parole, le Directeur Adjoint du Cabinet du Ministre de la Santé, représentant le Ministre empêché, a tenu à féliciter tous les acteurs impliqués dans cette enquête avant de mettre l’accent sur son importance dans le contexte sanitaire béninois. Selon ce dernier, « les différentes actions menées dans le secteur public et privé pour améliorer la prise en charge des cas de paludisme au Bénin ont eu beaucoup d’impacts en particulier dans le secteur public. Cependant on constate qu’il existe encore des difficultés liées à l’adhésion aux directives nationales relatives aux traitements, à la disponibilité et à l’accès des intrants de lutte contre le paludisme de bonne qualité dans le secteur privé ». Pour Dr Landry YANSUNNU, il n’est point nécessaire de démontrer la pertinence de la tenue de cette séance de partage des résultats de cette enquête.

Des résultats présentés par l’équipe de Recherche de l’ABMS, il ressort de façon globale que la plupart des CTA de qualité assurée tant au niveau du secteur public que privé et qui constituent le traitement de première ligne du paludisme simple, sont les comprimés d’Artemether Lumefantrine. Au niveau des formations sanitaires publiques (y compris les relais communautaires), plus de 90% des points de vente ont stocké ces CTA de qualité assurée. Ces résultats confirment les tendances de 2009 à 2014 selon lesquelles la disponibilité des antipaludiques était élevée dans les formations sanitaires publiques et les pharmacies à travers le temps (90% de 2009 à 2014). Par contre dans le secteur privé informel (étalages, boutiques de divers, vendeurs ambulants de médicaments), le taux de disponibilité des CTA de qualité assurée est resté en deçà de 40% entre 2009 et 2016. Il ressort également de l’étude que le secteur privé en général représente plus des trois-quarts (78,2%) de la distribution des antipaludiques au Bénin.

Par ailleurs, contrairement aux recommandations de la politique nationale, on note encore la disponibilité de la chloroquine dans le secteur privé informel. En ce qui concerne les prix des CTA dans le secteur privé en général (pharmacies, formations sanitaires privées et secteur informel), on note une baisse de 2009 à 2016. Cependant, ces prix restent toujours élevés par rapport à ceux de la Sulfadoxine Pyriméthamine (SP) et de la chloroquine. L’étude a aussi révélé dans le secteur privé informel, la présence des CTA de logo « feuille verte », supposées de qualité assurée et bénéficiant d’un mécanisme de subvention, mais non destinées en principe pour le Bénin. Cette présence sur le marché béninois pourrait être due à la connexion de la chaîne d’approvisionnement du secteur informel du Bénin à celle de pays voisins (notamment le Nigéria). Les CTA de logo « feuille verte » sont deux fois moins chères que celles de qualité assurée disponibles au Bénin : une barrière de plus à l’adhésion aux directives nationales relatives aux traitements antipaludiques.

Pour ce qui est des tests sanguins, l’étude montre que presque toutes les formations sanitaires publiques (97,9%) stockant des antipaludiques avaient des tests sanguins de dépistage du paludisme (test de dépistage rapide ou microscopie) disponibles en 2016. La disponibilité de ces tests était très faible dans les points de vente du secteur privé : 39,2% dans les formations sanitaires privées, 5% en pharmacie et quasiment nulle dans le secteur informel. La majorité des tests sanguins ont été effectués via les tests de dépistage rapide du paludisme (78,4 %).

A la suite de la série de questions réponses, la séance a pris fin sur quelques recommandations dont la poursuite de l’étude les années à venir et la nécessité de limiter l’octroi de la mise sur le marché des CTA au Bénin tant qu’il n’y aura pas une plus-value.

antipaludique ABMS ministere

                                                    Ouverture de la Séance par Dr Landry YANSUNNU, Directeur Adjoint du Cabinet du Ministre de la Santé