ABMS DJOUGOU devient ABMS PARAKOU...

ABMS primée comme Ambassadeur d’impact dans le cadre du projet #Bankthe youth de UNDCF

panel
DALYS 2018 235247 A EVITER
panel
DALYS DEJA EVITES 70034
01 mars 2017

Rencontres avec les communautés pour mieux appréhender les problèmes des adolescents et jeunes des départements de l’Atacora et de la Donga

DES ACTIONS TERRAIN ENTREPRISES POUR DES INTERVENTIONS BASEES SUR L'EVIDENCE

  • Beautiful Joomla 3 Templates To Finish In Record Time!

       L’Association Béninoise pour le Marketing Social et la Communication pour la Santé à travers, Dr Lucie-Colombe OSSENI, la Présidente de son Conseil d’Administration, a activement participé à une mission d’analyse situationnelle des problèmes des Adolescents et des jeunes. Conduite par l’Organe Consultatif de la Jeunesse (OCJ) appuyé par le Parlement des Jeunes du Bénin (PJB), cette mission qui s’est déroulée du 15 et 16 février 2017 dans les départements de l’Atacora et de la Donga a connu la participation d’imminentes personnalités à savoir Dr Marius de JONG, premier secrétaire, Conseiller en Santé à l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas, Dr Ali MAROUF, Coordonnateur du Bureau de la région nord de l’UNFPA, et des représentants d’institutions partenaires comme UNICEF, Plan International, CERADIS et ABPF.

      Toute formulation d’actions visant l’amélioration de vie des conditions des communautés doit partir des problèmes de celles-ci. C’est du moins le leitmotiv de cette descente dans les communautés dont l’objectif est de mieux s’imprégner des problèmes liés à leur santé, leur sexualité et leur sécurité. En effet, selon l’Enquête Multicritères de 2014 (MICS, 2014), au Bénin, 17% des jeunes filles de 15-19 ans sont mariées ou vivent en union, 16% des filles contre 15% des garçons âgés de 15 – 24 ans ont eu leurs premiers rapports sexuels avant l’âge de 15 ans et 10% des femmes contre 23% des hommes dont l’âge est compris entre 15-49 ans consomment l’alcool. Ainsi, les rapports sexuels précoces et la consommation de substances stimulantes et psychotropes font partie intégrante des problèmes auxquels les jeunes sont confrontés. C’est pour mieux cerner ces problèmes y compris les mobiles en vue d’apporter des éléments de réponses adéquats que le panel d’acteurs en Santé de Reproduction et Droits Sexuels est allé à la rencontre des différentes communautés.

        A travers des échanges, toutes les ramifications des différents problèmes majeurs des adolescents et jeunes en communauté ont été écumés. Il s’agit entre autres, de la déscolarisation, du manque de dialogue parents-enfants sur la sexualité, du manque de centres de loisirs et du manque de quiétude, causes de la migration des jeunes vers le Nigéria, les pays du Maghreb ou de l’Europe. Chaque échange en communautés est suivi d’une restitution à l’autorité préfectorale en présence des Directeurs départementaux de l’enseignement secondaire, de la police nationale, des représentants du corps enseignant ainsi que des jeunes scolaires et non scolaires.

       Monsieur Issiaka YAYA, Secrétaire Général de la préfecture de la Donga, très impressionné par la démarche et des informations collectées, a pris l’engagement de travailler avec les Mairies et les services déconcentrés sous tutelle, pour la formulation et l’intégration dans les plans communaux d’initiatives en réponses à ces problèmes, causes de la déperdition des adolescents et jeunes. Dr Lucie-Colombe Osseni, Présidente du Conseil d’Administration, arborant pour la circonstance le statut d’acteur terrain, n’a pas manqué au terme d’une participation active aux travaux, de souligner toute l’importance et la pertinence de la démarche. Selon cette dernière, ces activités doivent se faire de manière fréquente afin de mieux cerner les maux qui minent les communautés pour mieux les aider à y remédier. Aussi se félicite-t-elle de la richesse de la moisson avant de remercier à travers la présence de Dr Marius de JONG, l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas qui a accepté accompagner techniquement et financièrement cette initiative.

      Soulignons pour finir que l’ABMS, fidèle à son principe d’interventions basées sur les évidences, mettra à contribution les résultats de cette mission organisée en collaboration avec les organes des jeunes, pour mieux affiner les activités de promotion de la santé de la reproduction et droits sexuels des adolescents et jeunes qu’elle mène déjà dans les départements de l’Atacora et de la Donga.

A lire aussi: